Bandeau du site de la SDAT

Plan Grand Froid : à Dijon, les travailleurs sociaux sont dans la rue

Article paru sur le site de France Bleu Bourgogne

Avec la baisse des températures, la préfecture de la Côte-d'Or a déclenché le niveau 1 du plan Grand Froid. Ce dispositif permet de dégager des places supplémentaires d'hébergement d'urgence pour les personnes sans domicile.



Sandrine et Rouchdy de l'équipe mobile de la SDAT (Société d'assistance d'aide par le travail) et Spod, un jeune sans domicile fixe dijonnais.



Dijon, France

Comme tous les soirs, sac sur le dos, Rouchdy et Sandrine, sillonnent le centre-ville de Dijon à la recherche des sans domicile fixe et des personnes qui font la manche. Au bout de dix minutes, première rencontre avec un couple de polonais. Les deux travailleurs sociaux échangent avec les sans abris. Quand ils n'ont pas mangé, Sandrine leur propose un repas de fortune. Ce soir, ce sera crackers, rillettes de thon et compote.

Appeler le 115

Une rue plus loin, on trouve Claudio, un autre SDF. Rouchdy lui demande si il a une solution d'hébergement pour la nuit. Plutôt que dormir dans un squat, Rouchdy lui conseille d'appeler le 115 qui lui trouvera une place dans une halte de nuit. Ce soir, l'équipe mobile de la SDAT trouve peu de sans abris dans les rues. Pour Rouchdy, il y a une explication : il fait froid ! Les personnes se sont déjà mises à l'abri. A chaque fois, les travailleurs sociaux insistent pour que les personnes ne dorment pas dehors. Au final, ils n'en ont jamais la certitude.


Le soir l'accueil de jour de Dijon se transforme en halte de nuit pour 18 personnes sans abris

18 places d'hébergement supplémentaire sur la Côte-d'Or

En Côte-d'Or, ce sont 18 places complémentaires qui sont s'ajoutent aux 559 places d'hébergement d'urgence déjà existantes. Dans le détail, ces abris de type halte de nuit, on les trouve à la Croix Rouge de Dijon mais aussi en zone rurale, chez Emmaus à Norges la ville, à l'hôpital de Montbard ou encore à Saulieu. Et quand les hébergements sont tous pris, en dernier ressort, le 115, le service téléphonique d'hébergement d'urgence peut réquisitionner des places dans les hôtels.



Karim, un sans abri à Dijon :«je ne souhaite à personne de dormir dans la rue»

Accueillir toutes les personnes à la rue

L'objectif pour le 115 c'est d'accueillir toutes les personnes sans domicile. Et pour s'assurer que personne ne dort dehors, les associations augmentent le nombre de maraudes. A Dijon en journée, ce sont les équipes mobiles de la SDAT, la société d'assistance par le travail, qui vont à la rencontre des sans abris relayées le soir et en début de nuit pas les maraudes de la Croix Rouge qui offrent aux sans abris un bol de soupe chaude.

Retrouvez le reportage sur les maraudes des travailleurs sociaux et le témoignage de Karim, un sans domicile fixe à Dijon ce mercredi en écoutant France Bleu Bourgogne.