Bandeau du site de la SDAT

L'emploi, une porte de sortie pour les détenus


Forum emploi dijon

Comment faire pour retrouver un travail quand on est détenu en maison d'arrêt ? À Dijon, un Forum pour l'emploi se tenait rue d'Auxonne, vendredi.

Une, deux, trois… Six portes. Six grilles que l'on ouvre, que l'on franchit, et qui se referment. Et au fond, tout au fond, dans une salle anonyme qui ressemble à n'importe quelle salle polyvalente, des petites tables carrées avec affiché le nom d'un certain nombre d'entreprises : la maison d'arrêt de Dijon et Pôle Emploi organisaient, hier, leur premier Forum emploi au sein même de la prison. « Tout ce qui est de l'ordre de la réinsertion contribue à lutter contre la récidive », dit Christine Lopez, directrice fonctionnelle du Service pénitentiaire d'insertion et de probation de Côte-d'Or. « La famille, l'emploi, le logement sont autant de facteurs de stabilisation ». Les détenus sont donc suivis par Laure July, conseillère Pôle emploi justice. C'est elle qui a organisé ce premier forum avec, le matin des entreprises, l'après-midi d'organismes de formation. La vingtaine de détenus (hommes et femmes) qui étaient présents avait travaillé au préalable leur projet.
Reste à savoir maintenant si l'estampille “prison” sur un CV, dans un marché de l'emploi tendu et difficile, n'est pas un obstacle infranchissable. Pour 2013, les statistiques annoncent 38 insertions professionnelles réussies (CDI, CDD, formation…) dans le cadre de libérations définitives et d'aménagements de peine. Cela valait donc le coup d'essayer… Avec des gens comme Vincent, malade et prêt à se reconvertir dans le tri de vêtement ou le nettoyage, ou comme Nicolas, déçu de devoir se domicilier à Dijon pour avoir une chance de trouver un emploi, lui qui avait volontairement recherché ailleurs : « J'ai envie de changer. Retomber dans le même engrenage, c'est fini. » Trouver un emploi, c'est l'espoir d'un aménagement de peine… ou d'un retour à la société, le jour de la sortie.

• Les prénoms ont été changés