But de l'association

L'article 1er des statuts définit le but de l 'association ainsi :

L'Association dite «Société Dijonnaise de l'Assistance par le Travail», fondée le 13 mars 1903, a pour but de faciliter aux malheureux sans travail, valides et encore en état de travailler, la recherche d'une place, et de leur éviter de se livrer à la mendicité, en leur procurant des ressources par un travail temporaire, en les adressant aux patrons, aux oeuvres et aux associations qui sont à même de leur venir en aide, de leur trouver un emploi, et de rapatrier, s'il y a lieu, ceux qui sont étrangers à la ville.

L’œuvre s'applique aux hommes ; elle pourra ultérieurement être étendue aux femmes indigentes sans travail, par une décision de l'Assemblée générale ; elle aura un ou plusieurs établissements où s'effectuera le travail.

Elle peut aussi étendre son action bienfaisante par la création d'autres oeuvres, telles que Fourneau alimentaire, Asile de nuit, et plus généralement de toutes oeuvres charitables tendant au relèvement moral et à l'assistance des malheureux de toutes catégories.

Les statuts n’ont pas été modifiés depuis le 20 juin 1914. Bien que ce libellé témoigne de l’esprit de l’époque, les dirigeants de l’association n’ont pas jugé utile de modifier les statuts. Mais depuis cette date, et à de nombreuses reprises, l’Assemblée générale a pris les décisions nécessaires pour constamment adapter l’action et les moyens de l’association aux besoins de chaque époque.

Le but de l’association, aujourd’hui, est le suivant :

La SDAT oeuvre en faveur des personnes les plus démunies, en offrant des moyens d'accueil, d'hébergement, d'aide à l'insertion et de mise au travail.

L'association dispose d'établissements différents mais complémentaires, pour l'accueil, l'orientation et l'accompagnement social des personnes en difficulté.

Ces moyens diversifiés permettent d'apporter une réponse adaptée à la situation de chaque personne accueillie, avec une priorité pour les ressortissants de la Côte d’Or.

La SDAT offre à toute personne en rupture sociale, aide et assistance dans le domaine du logement, du travail, de la formation, de la santé... c’est ce qu’on appelle aujourd’hui la prise en charge sociale globale.