Un changement de cap en 1976

Le Foyer avait pourtant été reconnu comme Centre d'Aide Sociale par arrêté préfectoral du 13 février 1957, mais le prix de journée qui avait été proposé ne fut accepté que lorsque les difficultés de gestion finirent par l'imposer, à savoir, en 1976.

Ce changement de cap fut rendu nécessaire par l'évolution dont il convient de noter les principaux caractères :
  • hausse du niveau de vie imposant un plus grand confort aux hommes accueillis,
  • nouvelles normes définies par le Ministère des Affaires Sociales en matière d'encadrement et de sécurité,
  • obligations découlant de la législation sociale,
  • crise économique ne permettant plus de tirer des Ateliers des ressources suffisantes.
La mutation fut menée à bien par une nouvelle équipe d'administrateurs et d'éducateurs, sous l'autorité d'un jeune Président, M. LATHOUD, et d'un nouveau Directeur, M. QUARETTA. Cette nouvelle équipe travailla à mettre en place une organisation basée sur la complémentarité d'unités de gestion comportant les finalités suivantes :
  • Accueil et Orientation au Centre d'Accueil, comportant 40 lits, où les hommes, les couples ou les femmes accueillis ne passent que quelques jours, le temps de se retourner et d'être dépannés et orientés. En principe, cinq jours. Ce centre comporte un certain nombre de lits maintenus à la demande de la Ville de DIJON pour faire face à un sinistre éventuel ;
    A ce centre sont annexés des dortoirs comportant une vingtaine de lits pour permettre l'accueil sans durée déterminée des clochards dijonnais ;
centre d'hébergement et de réinsertion sociale
  • Un centre d'hébergement et de réinsertion sociale, 7 rue de la Manutention, de 65 lits, où l'homme est accueilli par périodes de 6 mois renouvenables. A cette action de réinsertion s'ajoute un centre d'hébergement éclaté de 30 lits dont la particularité est de pouvoir héberger dans des studios ou appartements situés dans l'agglomération dijonnaise des personnes qui ne relèvent pas de l'internat ou qui ne peuvent vivre dans une structure collective ;
  • La section de Mise au Travail comportant des Ateliers de sous-traitance, rue Auguste Frémiet, ainsi que le travail de creusement de tombes au cimetière.