Le legs de Madame Grangier

Descendant tous deux d’une famille de riches industriels, les époux GRANGIER étaient dotés d’une immense fortune. De leur vivant, ils s’attachèrent à venir en aide aux malheureux et donnaient sans compter, dans la discrétion, étant très heureux de pouvoir soulager des misères. Lorsque son mari décéda en 1902, il laissa toute sa fortune à son épouse, laquelle poursuivit l’œuvre de bienfaisance de son mari. C’est ainsi que Mme GRANGIER aida, par ses dons généreux, à la création de la Société Dijonnaise de l’Assistance par le Travail. Lorsqu’elle mourut, le 28 décembre 1905, sans héritier, elle lègue tous ses biens à l’hôpital général. Par testament en date du 15 juillet 1903, Mme GRANGIER lègue à l’association une somme de 100 000 F.
Portrait de Mme Grangier née Villeneuve 1851-1905
Portrait de Mme Grangier née Villeneuve 1851-1905