Un partenariat inter-associatif
pour une confrontation permanente des moyens d'action

Malgré l'importance des charges représentées par ces différentes activités, les dirigeants de la Société Dijonnaise de l'Assistance par le Travail eurent toujours à coeur de promouvoir des actions complémentaires aux leurs, ou de soutenir ceux qui les entreprenaient.

Les actions les plus spectaculaires furent : de 1954 à 1962, le soutien apporté au Comité d'Aide aux Sans Logis ; en 1971, la création et le démarrage de l'Association du Foyer du Renouveau qui prenait à charge un problème qui n'avait jamais pu être résolu dans le foyer d'accueil polyvalent de la rue de la Manutention, à savoir, celui des alcooliques désintoxiqués.

Depuis, le Comité d’Aide aux soins aux Sans Logis a cessé son activité, le Foyer du Renouveau est devenu une Association entièrement autonome, mais une confrontation permanente des moyens d’action a été mise en place en 1977 par les associations dijonnaises gestionnaires d’établissements d’insertion dans le cadre de l’Union Dijonnaise des Centres de Réinsertion Sociale (UDIC).
Après plusieurs années de fonctionnement au cours desquelles cette fédération a apporté des aides à la gestion des établissements et a permis aux associations d’échanger leurs pratiques, l’UDIC a été dissoute.

Une nouvelle fédération a vu le jour. C’est ainsi qu’en 2002, à l’initiative des associations : ADEFO-Blanqui, Ad’Services, Emmaüs-Norges, Le renouveau, SDAT, a été créée l’UCOR (Union Côte-d'Orienne des associations de Réinsertion).

Cette fédération, à compétence départementale, doit renforcer la volonté commune d’un partenariat actif par la mise en place d’un pouvoir fédératif fort, chargé de coordonner et d’animer l’ensemble des actions menées et des moyens mis en œuvre.
Après un siècle d’existence, l’histoire de la SDAT se poursuit sans que ses principes fondateurs n’aient été oubliés. En 100 ans, elle a réussi à s’adapter aux évolutions de la société dans le respect des objectifs qui lui ont été fixés. C’est ainsi qu’elle a su passer de militants bénévoles en bénéficiant de la charité publique à des professionnels engagés assurant aujourd’hui une mission de service public.